Communiquer en situation de crise – échos de la communauté numérique malgache

Personnes manifestant contre les émeutes et pillages à Madagascar

Alors qu’on est en ce moment en train de traverser une grave période de crise sociopolitique à Madagascar, je voudrais décrire la place occupée par les outils médias collaboratifs et participatifs dans l’exploitation des diverses informations concernant les troubles au pays.

Force est de constater que le web 2.0 est au cœur de l’actualité malgache. Personnellement, j’ai commencé à couvrir les évènements se déroulant à Madagascar sur Twitter alors que l’atmosphère politique locale commençait à être tendue. Les chiffres parlent d’elles-mêmes : en l’espace de 48 heures, depuis le début des émeutes à Antananarivo, près de 40 nouveaux suiveurs sur Twitter. Une communauté de Tweeterers se forme et la twittosphère malgache se mobilise pour assurer un maximum de couverture de l’évolution de l’agitation sur place. La forte affluence sur Twitter, avec des profils de suiveurs des plus variés (medias internationaux, diaspora malgache, ou simple citoyen du monde), témoignent le vif intérêt de la situation prévalant dans la grande île, étant donné que Madagascar a fait la une de l’actualité mondiale depuis ces dernières 78 heures.

La blogosphère malgache se mobilise également. Je félicite ainsi le travail des bloggeurs malgaches qui essaient de relayer les informations au pays. Une multitude de blogs gasy analysent parfaitement les agitations politiques à Madagascar, avec un rendu qui ferait pâlir certains professionnels de la presse internationale…

Grâce à l’avènement du web 2.0, on peut alors rester connecter avec les évènements en direct de Madagascar (une chose qui n’aurait pas encore été possible pour la couverture de la crise politique de 2002 à Madagascar). Les photos et vidéos prises en amateur (FlickR, YouTube…) abondent tellement que moi-même j’aurai tendance à m’y perdre…

Soulignons aussi le rôle prépondérant des réseaux sociaux, en particulier Facebook qui connait une croissance exponentielle au niveau de la communauté malgache au pays et dans sa diaspora (sujet d’un de mon dernier post), sans quoi les échanges d’informations sur la situation au pays seraient une tâche ardument difficile et la mobilisation de l’opinion quasiment inexistante (je fais allusion à tous ces groupes de convictions politiques ou apolitiques appelant à la mobilisation et la responsabilité de tout un chacun dans la résolution de la crise actuelle).

En un mot, les internautes malgaches commencent à prendre conscience de l’importance de ce média dans la transmission d’information, de son rôle afin d’alerter l’opinion publique et aider les décideurs dans leur prise de décision (il y a une certaine redondance je sais).

Bookmark and Share

15 réflexions sur “Communiquer en situation de crise – échos de la communauté numérique malgache

  1. C’est un travail d’équipe… Ravi de voir que la mobilisation de tous les twitterers gasy pour relayer les infos sur les évènements à Madagascar. Ils ont besoin de nous les gars😉

  2. De RAGASY,

    Extraits de Madagascar Tribune 2008 et 2009

    « Tout est possible à Madagascar »

    Date de mise en ligne : jeudi 24 juillet 2008

    « Il est possible que l’opposition à Madagascar se tourne vers l’intégrisme et le terrorisme », selon le constat d’un expert malgache en matière d’étude du terrorisme. Selon les descriptions fournies, « les terroristes sont en général des groupes d’individus, sans crédibilité pour mener un soulèvement populaire, sans aucun moyen pour accéder au pouvoir, mais qui ont des sources de financement. Ils défendent une idéologie, ou se défendent contre une oppression ». En général, les financements proviennent des pays étrangers, ou des firmes multinationales qui veulent accaparer la richesse du pays, ou récupérer sa zone de chasse gardée. « Pour l’heure, il faut plutôt craindre des trafics de drogues, des blanchiments d’argent, et l’exploitation illicite des richesses du sous-sol », affirme le spécialiste.
    Le terrorisme n’a pas de définition précise, selon toujours la même source. C’est Kofi Annan qui a essayé d’apporter des précisions lors du jubilé de l’ONU. Le terrorisme cible en général des civils innocents, pour faire pression au gouvernement.

    « Des intentions du camp Andry Rajoelina »
    lundi 26 janvier 2009
    Les appels à la désobéissance civile se multiplient. La Place 13-Mai qui est interdite à toute manifestation a été envahie et le serait encore ce jour si l’on en croit aux discours du jardin d’Ambohijatovo de samedi dernier. Les barrages de grosses pierres et notamment de bacs à ordures sont érigés à l’entrée des points sensibles ou des sites jugés ayant des intérêts « démocratiques ». Ce sont précisément : le local qui abrite l’émetteur de la radio VIVA à Ambohimitsimbina, les locaux de la station VIVA à Ambodivona dans l’enceinte de Tana Water Front et les accès au domicile du Maire à Ambatobe. Les « andrimaso-pokonolona » ou les « groupes de vigilance civile » veillent sur ces sites et exercent un contrôle d’identité sur les personnes qu’ils jugent suspectes. Ils ont par exemple « repéré » un agent des services de renseignements de l’Etat. Ils ont aussi « épinglé » un autre agent de renseignements à Ambohimitsimbina.
    A en croire les partisans de Andry Rajoelina, l’heure est à la conquête du pouvoir par « le peuple ». Leurs commentaires ne laissent aucun doute sur leurs intentions et leurs prévisions : « que les ministres qui ne sont pas encore engagés déposent leur démission » ou encore « qu’ils fassent attention car ils ne peuvent pas se réfugier dans les camps militaires et que « le peuple » sait où ils habitent ». Bref, si ce n’est pas de la menace à l’endroit des responsables gouvernementaux, c’est du moins de l’intimidation. En tout cas, selon les commentaires entendus sur la radio VIVA, des officiers généraux et des officiers supérieurs seraient en train de se désolidariser des mesures prises par le gouvernement qui n’aurait plus que quelques jours devant lui.

    CONCLUSION de l’affaire : A 6mois d’intervalle, les prévisions de l’expert se sont réalisées sur notre patrie. De l’argent semble semé partout afin de nous faire plier à cause de notre pauvreté. Notre patrimoine culturel (Un de nouveau encore ) de la RNM est déjà parti en fumée. Ouvrons bien les yeux et demandons à Dieu la sagesse et le courage. Qu’en pensez-vous ?

  3. félicitations d’avoir eu tant de determination et ….neutralité! Avec un taux de pénétration quasiment nul, ce type d’Activisme malheureusement (malheureusement) n’a d’audience qu’auprès de la diaspora et des communautés aisées et spécialisées basées au pays. Si 2002 était alors une guerre des forums avec quasiment aucun crédit et beaucoup d’informations biaisées. Le média citoyen est carrément une 4è voir royale pour informer. Oui mais ( et j’en arrête là), les sites pseudo-journalistiques pulullent comme une épidémie de malaria et lorsqu’un blogger/twitter risque son intégrité pour décrire la réalité, c’est au petit bonheur la chance!
    Rapporter des nouvelles des provinces a été une sinécure (littéralement parlant) même les radios locales ont dû se baser sur les sms (avec évidemment très peu de certitudes). Saluons l’effort, le partage et le courage plutôt que de tirer sur les messagers. Il va falloir une autre forme de révolution pour qu’un lecteur malgachophile puisse complètement faire preuve d’analyse et d’impartialité lorsqu’il est à la recherche de nouvelles. En lieux et faits de supporter les pionniers du média citoyen (Actions gratuites soit dit en passant, les sites communautaires se classant dans une autre catégorie et les médias encore occupées à éteindre le feu ou la censure, lol), le commentateur charge à balles réelles et se réduit à monter et démonter des théories péri-politiciennes de frustrés à la vue d’une photo ou à une description purement à but informative…aaaargh! quelle ingratitude.
    Mais la lutte continue, et dans ce cas , on va dire que nous aimons les challenges et sommes tous des optimistes-nés !

    Bises et croisons les doigts pour que les conflits se résolvent par de plus belles voies mais aussi que l’audience ait un niveau un peu moins au ras des pâquerettes!

    ps: si Tomavana passe par là, je suis allée dormir et non je ne copie pas du tout son article de l’année dernière sur le devoir du média citoyen, non, non du tout

  4. Merci de souligner le fait qu’on n’est pas là pour se substituer aux médias traditionnels ou faire le boulot à leur place, mais il s’agit juste de contribuer, à son niveau, à construire l’information ou à servir de relai pour cette information. En somme, il peut aussi s’avérer nécessaire d’avoir une palette d’opinions, d’analyser une même situation sous différents angles, la richesse de point de vue est un atout, ne l’oublions pas. Ca ne pourrait que bénéficier au consommateur final de l’information. Et pour cela, il faut la participation de tout un chacun. Bref, un bel exemple de journalisme citoyen à Madagascar…
    Et encore merci à tous.😉

  5. Merci à tous.vos analyses qu’il a toujours des gens dont leurs yeux voient clairement cette réalité à Madagascar d’une manière objective. et c’est ce que demande cette réalité non? Vous savez quoi, des jounalistes ont actuellement leur camp.et ce pour cela qu’ils ne fournissent plus les Informations telles qu’ils sont mais ils deviennent des avocats de leur camp. et imaginez l’impact de ces informations sur les gens qui les ecoutent surtout ceux qui sont fanatiques de leur camp.
    Imaginez!!!!!

  6. Merci à tous.vos analyses montrent qu’il a toujours des gens dont leurs yeux voient clairement cette réalité à Madagascar d’une manière objective. et c’est ce que demande cette réalité non? Vous savez quoi, des jounalistes ont actuellement leur camp.et ce pour cela qu’ils ne fournissent plus les Informations telles qu’ils sont mais ils deviennent des avocats de leur camp. et imaginez l’impact de ces informations sur les gens qui les ecoutent surtout ceux qui sont fanatiques de leur camp.
    Imaginez!!!!!

  7. bonjour Thierry,
    Je suis journaliste aux Observateurs de France 24. bravo pour votre travail sur Mada. Nous aimerions vous parler. Pouvez-vous me faire parvenir votre numéro de téléphone?
    Cordialement,

  8. J’ai découvert ton blog depuis que je suis sur Twitter ! Bravo pour le taf et cette analyse qui ne manque pas de modestie😉 Bonne continuation car ça ne fait que commencer pour nous !

  9. Pingback: Chronique d’un twitterer-blogger à Madagascar en situation de crise « Madainitiatives’s Blog

  10. Pingback: Comment Twitter change votre quotidien (en bien)! | Vie Nomade

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s